Archives pour la categorie ‘Poémes tendresse’

Vivre !

Vivre !

Les hommes oseront-ils le pardon, simplement pour vivre ?

Vivre , c’est assembler les instants où l’on respire en son corps, en son esprit, la Paix !

Vivre, c’est mettre bout à bout, ces petits bonheurs glanés pour l’autre et à cause de l’autre.

Vivre, c’est accepter d’Être, de se laisser être, sans autre profit qu’un juste et noble équilibre.

Vivre, c’est apprendre et désapprendre chaque jour , mais surtout un jour à la fois .

Vivre, c’est oser l’autre en ce qu’il a à transmettre, à offrir, car il est en notre addition, comme le souffle remplit notre corps.

Vivre, c’est sourire à la maladie pour qu’elle ne soit qu’une mauvaise compagne de voyage.

Vivre, c’est être conscient de notre imperfection, mais nous ouvrir à l’utile !

Vivre, c’est observer sans cesse ,avec cette attention particulière vigilante et sage .

Vivre, c’est avoir l’audace humble d’aimer !

Philippe De Frémontpré

( Respirer la Vie )

Rester là !

 

Rester là !

«  Accepter que cela puisse arriver ! » L’acceptation, un mot qui, encore aujourd’hui et je dirai, surtout aujourd’hui, est un signe de soumission, de faiblesse, d’incompréhension des règles du jeu ! Mais quelles sont ces règles du jeu ?

– tout savoir ?

– nier la réalité ?

– être fort quoiqu’il arrive ?

L’expérience de la maladie, nous apprend énormément. Il y a ce stade, où l’on se dit «  pourquoi moi ? » et l’on fustige le monde, le gouvernement, la pollution …etc ….etc comme si avoir un coupable nous soulage, voir nous met sur la voie de la guérison ! On s’aperçoit, très vite du contraire ! Ces multiples accusations sont comme des sables mouvants, nous entraînant en haine et tristesse ! Vient le temps où l’observation, la réflexion, le silence nous emmènent en espérance. Les causes se dessinent et la juste compréhension se fait. Il y a là aussi , une vague de tristesse ressemblant au prélude d’un sourire, d’un rayon de soleil, alors nous appréhendons notre réalité autrement, paisiblement  !

L’apitoiement n’est plus de mise, mais l’inverse, également ! Chaque visite, chaque échange est ponctué de «  soit fort ! » généralement suivi d’un poing serré pour montrer la vigueur du propos. Être fort, un état où notre condition de malade, ne nous invite pas ! Notre réalité est cette faiblesse physique à laquelle nous devons faire face, cette faiblesse de l’esprit qui nous entraîne sur des chemins de dégoût, de peur, de larmes. A la vue de tout cela, «  soit fort » apparaît hors sujet !

Mais , alors où trouver cette force , dont nous le savons, nous avons besoin pour traverser ces épreuves ?

Pour répondre à cette question, je me souviens des premiers mots d ’Elias «  Être présent, pleinement, en l’instant, en un juste équilibre, rend l’instant plus intense, plus utile ! ». Accepter la souffrance, c’est accepter la vie dans toute sa réalité. Être , simplement Être là, n’est ce pas dépasser la souffrance ?

J’ai entendu ces mots, ce jour : «  Réalité partageable ! ( Thierry Jansen) » Ils me semblent, résulter de cette acceptation. Notre réalité devient non pas partagée, mais partageable avec ce soucis humble, de transmettre, même là, surtout là, une certaine idée sereine de la joie !

Philippe De Frémontpré

( Au delà de l’innocence )

Penser et pensées !

 

Penser et pensées !

Quelles sont nos relations avec nos pensées ? Une question qu’Elias m’a soumis, récemment ! Nous avons toutes et tous un flot continu de pensées, comme une source qui ne tarie jamais. Comment abordons nous ce flux et chaque pensée ? Ne Faudrait il pas pour répondre à ces questions s’observer penser , prendre cet instant d’être à l’extérieur de cette abondance et se regarder ?

La pratique nous invite à la vigilance, à cette impartialité humble que mérite le juste et sage équilibre.Il y a en cela, notre regard, non pas uniquement sur notre environnement, mais sur le profond du profond de nous meme : nos pensées !

Nous leurs prêtons, presque mécaniquement, une légitimité de vérité infinie , à laquelle nous ne dérogeons pas ! N’est pas là, une soumission à cette pensée qui nous dicte « n’oublie pas de faire ceci et après cela ou ne dis pas cà, emploie ce mot … … » Cette allégeance muette influe, naturellement, sur nos comportements, nos actes et en évidence sur les conséquences de tout cela ! Notre attention n’est pas en la source et le parcourt de notre pensée, mais en cette obéissance , parfois démesurée, parce qu’elle est NOTRE pensée !

Vous comme moi, avons vécu cet instant, ou nous arrêtons une pensée aussi futile, qu’inutile, la nourrissons de craintes et d’agitations pour satisfaire un désir éphémère. La reconnaître, la laisser passer sans la stopper aurait alimenter notre apprentissage et cette pensée se serait évaporer !

La pratique est cette respiration de l’esprit, nous permettant d’oser cette affirmation « je ne suis pas seulement ce que je pense ! » Penser sans observer, sans s’observer c’est entretenir la confusion. Se regarder penser c’est d’abord établir d’autres relations avec soi même et respirer différemment !

Philippe De Frémontpré
( Au delà de l’innocence )

Madame,

 

 

Madame,

Il me plaît de croire, Madame, que vous allez bien, que votre santé est au mieux. Parfois, en fermant les yeux, je respire votre bien être, comme un remède à mon pas devenu lent. Je goûte cette émotion au dessin d’une syllabe, à ce mot inventé au noir de l’encre de ma plume. Ce n’est pas de la tristesse que d’écrire cela, juste une amertume qui passe et s’en va………

Faut il vous dire «  je me souviens d’un printemps…. » où chérir cette lettre, ces mots alignés qui croiseront votre lecture, en une clairière où vous seule, serait invitée ! ? Vous me pardonnerez cette image, l’audace de cette addition , le silence s’ébruite et dessine votre sourire, mes yeux s’illuminent…………..

Ici, l’hiver a pris ses quartiers. Sur mes chemins de promenades, les chevaux sont rentrés . Les prés sont bien vides, parés de leur givre blanc. Il me faut marcher, quand même, le froid paralyse et fige mes pensées.Sur ces sentiers à la terre dure, les grands arbres patientent, quelques oiseaux se pressent, volant au plus haut à se brûler les ailes. Mon bâton glisse plus qu’il ne se plante, la terre craque sous mes semelles…..j’ai froid ! Pourtant, mon esprit vagabonde, découvrant en l’imaginaire Pays de Caux quelques raidillons, quelques pistes battus par les vents, là où la mer chante sa colère, là ou l’océan appelle le marin.

Faut il vous dire «  je me souviens d’un printemps…. » ? Je ne sais pas, je ne sais plus ! Je poursuis, sans hâte, mon errance, ce voyage m’apaise, il est, déjà, un souvenir, même si l’instant est derrière cette porte !

Sur cette phrase , Madame, je finis cette correspondance. Permettez moi ce souhait, sans qu’il vous fasse offense, que le bonheur ose votre sourire à ne plus jamais s’en démunir !

Philippe De Frémontpré

( A respirer la Vie)

Mille manuscrits

Mille manuscrits.

Bonjour ! Comment tu vas ,

Plus personne à ton bras ?

Tu promènes ta détresse,

Tes yeux en tristesse !

Aller ! Je n’ai pas un sous,

mais, vient on va boire un coup !

On se fera «  jeter » on s’en fout,

Raconte-moi, c’est juste entre nous !

Comment te parler d’elle,

Dans une simple ritournelle,

Il me faudrait mille manuscrits,

Pour chasser mon ciel gris,

Et peindre le printemps de son sourire,

En ses yeux où la vie vient se nourrir.

Humm son visage ! Oh, oui son visage

Est le plus beau des paysages !

Du merveilleux galbe d’une pommette,

A ses discrètes fossettes,

C’est un voyage à la particulière tendresse,

Que l’on parcourt, sans hâte, avec paresse.

En son pull noir, épaules dégagées,

Comme une plage, un soir d’Été,

Là où la douceur t’envahit,

Aux bords d’un rêve infini…….

Ses lèvres en mots se respirent,

les lèvres en baisers se goûtent !

Verse encore , à déborder le verre

Que mon esprit s’embrume et mon âme se perde

Je garde en moi plus que cela…

Oh ! Juste sa main pour quelques pas !

Philippe De Frémontpré

( A respirer la Vie)

De derrière ta fenêtre. !

De derrière ta fenêtre.

C’est au coin de ta rue, que chaque soir je me pose.

A regarder ton ombre de derrière ta fenêtre.

Je devine tes pas, je devine tes gestes,

A me frôler le cœur, à frissonner mon corps !

Pourquoi suis-je si loin et pourtant si prés ?

A sentir ton parfum de derrière ta fenêtre.

Je devine tes mots, je devine tes rires,

A éclater mon cœur,à envoûter mon corps !

Mon audace a si froid planté sur le trottoir,

A dessiner tes yeux de derrière ta fenêtre.

Je devine leurs éclats, je devine leurs larmes,

A noyer mon amour pour qu’elles s’évaporent !

Je reviendrais demain pour reprendre mon poste

A te dévoiler de derrière ta fenêtre.

Je devine l’image, je devine le souvenir,

A panser mes regrets, à construire mes remords !

Philippe De Frémontpré

( Pages blanches )

Le tissé du manuscrit

 

 

Le tissé du manuscrit

Quoi de plus merveilleux que d’écrire !
Mettre, ses émotions en syllabes colorées
Ces voyelles et consonnes en ordre de tendresse !
Arabesques d’audace, parfois de romance,
D’être en leurs sens , simplement eux mêmes,
Sans ajoute de haine……
Il nous faut les choyer, en infinie sagesse,
De nos rêves les peindre, de nos regards les habiller .
Et si, leurs silences apparaissent une torture,
Ne sont ils pas à l’écoute de nos mots à venir ?
Si l’on prête attention à la causerie
De la plume et du papier,
Le chemin se dessine et les décors s’animent
Elle se fait jacasserie,discours ou tête à tête.
Elle peut être humeur comme un début de tempête,
Ou conteur à décrocher la lune.
Quand le va et vient de la plume à l’encrier
Se fait incessant et noircit le billet,
Quand les courbes s’arrondissent
Et les traits s’affinent,
Les mots en bonheur nous parlent d’amour !
Ils nous faut la main ferme pour guider ce sentiment,
Et l’unir à jamais au tissé du manuscrit !

Philippe De Frémontpré
( Au delà de l’innocence)

Jours d’Hiver

 

 

 

 

 

Jours d’hiver

Il faisait froid, un de ces jours d’hiver où l’on frissonne en regardant par la fenêtre. Des cristaux en transparence recouvraient branches et feuilles mortes. Le ciel hésitait entre une grisaille de saison et en bleu en promesses.

Elias avait mis quelques bûches à flamber, la pièce se réchauffait doucement, nos silences se respiraient comme un « au delà des mots particulier » où chacun s’abandonne et s’échappe vers l’autre ! C’est comme un prélude, où il me faut renoncer à mes repères, renouveler ce laisser être pour réapprendre à regarder, à observer, à respirer ! L’écoute, alors, s’impose sans brutalité, sans agressivité , mais humblement ! Elle se pose sur les choses , les êtres sans les surprendre , pour absorber l’émotion , s’abstenant de jugement, de comparaison, elle ose l’attention, l’expérience de l’instant .

« – L’expérience est elle dans ce que tu as fait ou dans ce contact particulier entre toi-même et l’instant ? » m’interrogea Elias.

«  – Puis-je, Elias, te répondre par une question ? Nous pensons que l’expérience se construit par l’accumulation d’actes, comme autant de bagages que nous emportons et pouvant, accessoirement, nous être utile ! Mais j’entrevois une autre nature . N’est ce pas l’instant qui nous propose son expérience, son expertise, peut-être, comme pour aller au delà de cette montagne de « vérités » qui éparpille, bien souvent, nos émotions en souffrances éclatées ?

« – Nos sociétés associent, fréquemment, l’expérience au sens accumulatif du terme, à la perfection, ceci étant, pour elles , deux états indispensables au bien-être voir au bonheur ! J’ai bien peur, qu’elles ne fassent fausse route. La perfection, comme son contraire , ne sont que de mauvaises et souffrantes comparaisons. Il y a, dans un de ses synonymes, « confrontation », toute la mesure de la réalité que nos sociétés et avouons le, nous mêmes comprenons ! Hors, il me semble qu’en la sagesse, en ces doutes, en son apprentissage, qu’en elle seule la perfection peut éclore. Une perfection différente de celle que nous concevons, mais pour cela il nous faut aller au delà de nos mots, au delà de l’expérience de l’instant, au plus profond de nous même !

Il faisait froid, un de ces jours d’hiver ou l’on regarde le ciel à se sentir simplement vivant !

Philippe De Frémontpré

(Au delà de l’innocence)

« Clic » !!!!!!

 

 

« Clic » !!!!

Les mots ont un sens originel, mais nos sociétés en perte d’équilibre, de bienveillance, de bon sens, modifient ce berceau de compassion en une évolution destructrice. Ainsi :

On ne se parle plus, on se déguise ! On n’observe plus, on condamne ! On n’explore plus, on surveille ! On ne découvre plus, on espionne ! On ne réfléchit plus, on dénonce ! On ne respecte plus, on accuse ! On ne donne plus , on réclame ! On n’éclaire plus, on trompe ! On ne pardonne plus , on hait !

Apprendre est devenu un «  clic », un film muet sans expérience, sans attention où la seule audace de la pensée est de préserver son égoïsme ! Comprendre est « connecté » à je ne sais qui , je ne sais quoi où l’on vous affirme vous embellir la vie , vous soustraire de vos peurs en quelques applications ! On se marie pour un sourire et on se quitte pour un pseudo ! On s’affranchit des conséquences pour un effet médias, on s’allonge sur une réseau comme on prend le soleil oubliant en conscience que le cancer nous guette !

Rendez vous compte, il suffit d’appuyer sur «  OK » et l’on est généreux ! Un autre « OK » et l’on vous dit ou manger ou dormir, comment vous habiller, comment aimer ! Apprenti de la satisfaction instantanée, on multiplie les « OK » à en briser l’écran , à en oublier que l’on a des pieds ! On s’indigne, parfois, bizarrement pour être ensemble, comme rassuré d’avoir la même lâcheté ! Mais bien vite nos colères, ne sont plus à l’audimat ! Elles se diluent, alors, en nos indifférences !

L’équilibre n’est plus ! Les mots ont ils, encore, une sens ?

Philippe De Frémontpré

(Au delà de l’innocence)

Imperfection

 

 

Imperfection

 

L’imperfection du monde se révèle à nous sous bien de formes . De façons répétitives, douloureuses elle se voile de fausse pudeur, nous dessinant en de sournoises arabesques, non pas une excuse, mais son éloge funeste !

Il n’est nul question de querelles ou de bavardages, mais d’un regard différent sur les choses et les gens. Chaque interrogation s’approprie sa juste réponse, non en fonction d’une logique calculée, mais de l’humilité de sa formulation, de l’approfondissement attentif des causes et conséquences.

Trop d’irréfléchis s’appliquent à une rédaction qui n’est, bien souvent, qu’une justification partielle, partiale en dehors de tout équilibre. Elle est, aussi dans bien des cas, fortement imbibée de souffrances, de ressentis passés, troublant par le fait l’harmonie de la pensée. Le jugement est si simple pour celui qui conçoit que l’affrontement, la comparaison, l’égoïsme. Juger, condamner deux émotions qu’il faut contenir, observer , apprendre et comprendre. Sans cette volonté, cette vigilance l’injustice , la haine ont de beaux jours devant eux !

La justesse d’une pensée, d’un propos, d’un acte doit s’affranchir de tout attachement. L’attachement n’est qu’un a priori, une vision tronquée. La réflexion s’en trouve altérée, elle s’interdit l’investissement global de l’esprit dans la compréhension et reste aux portes de la bienveillance , de la bonté humble ! Le cheminement du raisonnement est simple . Il se construit avec un regard pondéré où chaque acte a une origine, qu’il est primordial d’appréhender et de comprendre. L’ importance de la retenue s’impose naturellement. Elle est le seuil de la compassion, forgeant l’image de la réalité de l’instant. Savoir pénétrer dans cette humanité est un apprentissage offrant une vision sereine, humble et juste, propre à toute sagesse véritable.

Bon nombre de discours se limitent à des constats relatant des faits sans autre forme de procès. A écouter nos propres peurs, a être ces souffrances qui nous assaillent, notre esprit se ferme, nous n’écoutons plus, nous inspirons la nocivité du monde sans voir sa bonté. Il est périlleux de circonscrire une pensée à une succession d’estampes, sans apprécier le pinceau, les couleurs et le paysage.

L’absence de vie n’est pas seulement la mort comme nous l’entendons, comme nous l’attendons. L’absence de vie est en l’orgueil, la jalousie,l’avarice, la haine que nous prenons, parfois, pour vérités mais qui ne sont que les tristes cache-misère de nos non-réflexions !

 

 

Haut de Page