Bonjour à tous,

 

 

« Toute liberté ou tout droit implique nécessairement pour s’exercer complètement un devoir de tolérance… »  (Un collègue travail)


Juste une réflexion à partager.
Beaucoup d’éléments se côtoient, dans cette phrase, et, me semble-t-il, demande une certaine réflexion. Liberté, droit, nécessité, devoir, tolérance !
Envisager la tolérance sous l’angle du devoir, à mon humble avis, c’est, s’imposer une contrainte, qui fatalement sera pesante .C’est une ligne tracée entre eux et nous, comme une différence qu’ils ne peuvent pas comprendre ! La nécessité du devoir n’apparait plus, alors comme un don humble, vrai et sincère, mais comme un impératif, une obligation, un dogme ! Par contre, l’accueillir comme une évidence, lève les barrières des désaccords, des inégalités. Il y a, dans cette perception immédiate, impartiale et juste de l’autre, l’assurance d’un équilibre humain, mais surtout intime.

Pour beaucoup, les droits, que l’on appelle plus « affectueusement » NOS droits, sont une part non négligeable de NOTRE liberté ! La plupart du temps, un droit n’est qu’un acquis basé sur un jugement collectif voir personnel ! Dans nos pensées, dans nos écrits, dans nos discours, nos droits impliquent, rarement, les autres. (Une perversion du « NOS » qui sous-entend, fréquemment « MES » !) On se les approprie et tant mieux si d’autres en bénéficie ! Bref, nos égos sont satisfaits, mais nous sommes nous posé cette question :

Nos droits n’emprisonnent-t-ils pas cette liberté d’observation, de réflexion, de compréhension indispensable à notre paix intérieur, à notre vision juste de l’autre ?

Voilà ce que m’a suggéré cette phrase ! A vous d’y réfléchir. Peut-être !
Que le bonheur vous guide