Archives pour octobre, 2018

Apprendre !

Sénèque a eu ces mots : « il faut toute une vie pour apprendre à vivre ! »

Si l’on cherche à décortiquer cette phrase, on peut , à mon sens, y voir deux ou trois choses.

« …toute une vie.. » Ce n’est pas une notion de temps comme nous l’entendons, mais plutôt un regard, une observation patiente sur nous même, les autres , notre environnement. La patience est source d’approfondissement, de compassion.elle prête une oreille attentive à l’impartialité, à ceci mais aussi à cela, l’esprit ouvert !

« ….pour apprendre… » ! L’apprentissage n’est pas une accumulation de formules, d’événements que l’on range soigneusement pour ne plus s’en servir. L’apprentissage est un renouvellement permanent où chaque pensée, chaque acte n’est qu’une réponse partielle qu’il nous faut, assurément compléter ! Figer, une émotion, un sentiment, une pensée en une certitude indestructible, c’est fermer les yeux , son esprit à l’instant d’après ! C’est s’arrêter au commencement !

« ….la Vie… ! » Est elle ce grand foutoir où de peur de ne pas la vivre on s’interdit de l’apprendre ?

Philippe De Frémontpré
( Méditations )

Levé du jour !


Dans mon silence, Madame,
Où, à chaque instant, les secondes me blâment,
Se dessinent, en un trait, sans détour,
Votre regard innocent au levé du jour !

Il me plaît, Madame,
Et c’est là, une étrange gamme,
D’y entendre votre douce voix,
Sur une portée,où résonne la joie !

Oh ! Madame !
Que n’ai je, plus encore de flammes
Pour oser votre peau,
A vous paraître sot !

Quand au temps, Madame,
En une pluie d’automne, il clame
Cette demande de pardon,
Mais pourquoi, se met-il à la raison ?

Je ferme les yeux , Madame,
N’y voyez-là, aucun drame
Je ferme les yeux, je vous respire
Et en vos rêves me laisse conduire !

Philippe De Frémontpré
( Poésies)

Liberté ? !

Liberté ?!

Notre soif de libertés nous entraîne sur bien des chemins, que nous croyons, à tord ou à raison, pertinents ! Certains ont bien des noms pour les nommer  : réussite, notoriété,renommée, réputation, confort, luxe etc etc….D’autres voient en des paradis éphémères, des démarches religieuses ou intellectuelles des certitudes qui n’ont nul besoin de réflexions ! Il y a, dans tout cela, des choix des uns et des autres, mais sont ils , à même, d’étancher, pleinement, notre soif de libertés ?

Nous tenons comme liberté ce pouvoir de dire et de faire ce qu’il nous plaît.

Nous tenons comme liberté de maudire celui qui s’assied à notre table, sans y être invité.

Nous tenons comme liberté l’accumulation de biens, la gourmandise des sens à l’excès.

Nous tenons comme liberté, nos opinions partielles et partiales.

Nous avons notre propre définition de la liberté ! Mais avons-nous le courage, l’audace de l’immense liberté ?

Cette liberté d’Être Réel ! D’être au contact avec notre vraie nature, d’y observer, d’y apprendre, d’y comprendre le profond de notre profond humblement, sereinement avec compassion pour nous même et une juste impartialité , pour que nos actes apaisent, soulagent, fortifient et brisent les chaînes de la souffrance !

Il y a quelques temps , j’ai rencontré un homme riche, très riche. Dans notre conversation, il sortie un billet de cinquante euros et dit en le regardant : «  Tu es ma souffrance, mon irréel…… ! » Il possédait tout ce que le monde pouvait lui offrir, pourtant je voyais sur son visage, il lui manquait la joie, la liberté d’Être !

Philippe De Frémontpré

( Méditations)

Haut de Page