Sans témoins.


Juste au bout de la rue,

Dans un regard perdu,

Où passent les saisons,

Elle cherche l’horizon.

Des larmes glissantes,

En un silence intime

Rivière rugissante,

Frôlant les abîmes.

Dessinent sur son visage,

Le reflet d’une autre page.


Elle marche lentement,

Le pas sans avenir,

Ignorant les passants,

Leurs mots, leurs rires.

Elle voyage d’image en image

Aux couleurs fanées,

Aux arbres sans feuillages

Aux émotions condamnées.


Elle erre, parfois, en illusions,

Où chantaient les prévenances

D’une autre passion,

Quand son corps en complaisance,

S’exposait aux désirs,

Aux tentations d’inconnus plaisirs.


Tout cela en sa mémoire,

Comme la pluie sur le trottoir,

Ruisselle et part au loin

Sans se retourner, sans témoins.

Vincent