Ces p’tits salopios

J’ai croisé un enfant,

Au détour, d’un hasard,

Perdu dans le vent,

Il n’avait plus de regard.

Ventre vide,

Le cœur suicide,

il vivait de bricoles,

et sniffé de la colle !

Survivre ! Survivre !

Ivre ! Surtout ivre !

Oublier ces parents,

Qui pour un flot de vodka,

Lui ont lâché le bras.

Oublier les vivants,

Ceux qui nous ignorent,

Ceux qui abiment nos corps.

Oublier la Police,

Ces matraques qui s’acharnent

Et cette haine par la petit lucarne !

Oublier «  la chaude pisse »

Les poux et les cafards,

çà pue, dans nos corbillards !

Oublier de grandir,

Pour ne pas leurs ressembler,

Pour ne pas nous ressembler !

Des égouts de Moscou,

Aux favelas de Rio,

Il n’auront pas de «  joujou »

Ces p’tits salopios !

J’ai croisé un enfant,

Au détour, d’un hasard,

Perdu dans le vent,

Il n’avait plus de regard.

Vincent