Un matin ordinaire.

Cœur à l’envers,
Horizon sans repères,
Nuit sans étoiles,
Sans couleurs sur la toile,
Un peu perdue,
Juste au coin de la rue,
Elle cherche une gare,
Un sourire, un hasard.

On ne peut dire qu’elle est belle,
Cheveux aux vents , en bout de ficelle,
Elle a la peau pain d’épices,
Quand sur sa joue se glisse,
Le souvenir transparent,
D’un autre jour, d’un autre temps !
Elle est en élégance,
Discrète en apparences,
Mais, en pays ensoleillé,
De son charme particulier,
Tant d’esprits, elle enivrait !
Un matin ordinaire,
Où le ciel à peine clair,
Offrait à la vie,
Les secrets de la nuit.
Un matin pluvieux et froid,
Là-haut, sous les toits,
Elle était seule, endormie,
Au milieu du grand lit,
Où le monde s’était inventé,
Sans autre forme de mensonges,
Du bout d’un mot,
Du bout d’un songe.
Elle n’ose, même pas, un cri,
Gardant en son âme,
Le merveilleux et le beau,
Laissant la lâcheté à l’infâme.

Cœur à l’envers,
Horizon sans repères,
Nuit sans étoiles,
Sans couleurs sur la toile,
Un peu perdue,
Juste au coin de la rue,
Elle cherche une gare,
Un sourire, un hasard.

Vincent