A l’autre, à nous même !


Il est des questions posées,
Aux réponses imposées.
N’ayant d’horizons
Qu’une conviction.
Est-ce les bonnes,
En ces mots qui résonnent,
En évidence faisant loi,
Infaillible cela va de soi ?


L’affirmer,
C’est en partie se nier.
C’est simplifier sans annexe,
Une situation complexe.
Personne n’est « ceci » ou « cela »,
Car la conscience avance pas à pas.
Plus ou moins troublé,
Par l’expérience appréhendée,
Aux circonstances subies,
Aux espoirs taris.


Elles sont, parfois, un blâme,
Porteur de drames,
Où, l’arrogance de l’affirmation,
Tue l’esquisse de la compassion.
Il est plus utile, en moyens appropriés,
A l’autre, à nous-mêmes de changer,
Car bien des jugements gravés,
Nous enferment en captivité !


Les mots doivent succédés aux mots,
Sans belliqueux drapeaux,
Les pensées suivront,
En émotions, en perception,
Où un regard différent,
A l’autre, à nous même sera le garant !


Science, spiritualité, argent, pouvoir,
Une quête de l’utile pour l’homme ?

Une question, pour ne pas dire la question !

Y répondre, c’est s’interroger en son intime,

Sur nos propres et sincères aspirations,

Ainsi que sur l’ambition de notre existence.


La recherche du bonheur est le but ultime.
On y verra, certainement, un propos simpliste,
Mais cela est plus complexe qu’une succession
De moments, d’émotions plaisants,
N’étant en fait que des sensations éphémères.


Le bonheur, la plénitude, est d’abord
Un sens donné à son existence,
Où la connaissance, l’esprit vrai,
L’être dans sa nature profonde,
Sont en harmonie.
Sans cela, quoi que l’on fasse,
Le risque est le désespoir !


Une des voies importantes,
Pour atteindre ce résultat,
Est l’apprentissage de l’esprit,
A la compréhension des situations
Difficiles de la vie,
Et accroître les moyens permettant,
D’affronter sans conflits,
Les circonstances bonnes ou mauvaises.
Trouver notre place par rapport à l’autre,
Et à notre intime conscience.


C’est un atout !
Il ne faut pas le voir comme une forme
De résignation, ou d’injustice tolérée,
Mais le refus de l’esclavage des autres
Et l’esclavage de son esprit.
Il est indispensable de combattre,
L’oppression, l’iniquité, la négligence,
Pour accéder à une paix extérieure,
Tout en se libérant de nos automatismes mentaux.


C’est le meilleur moyen de ne plus être vulnérable,
Et ainsi pouvoir changer les choses !


Vincent