Quand l’age…..


Chaque jour, nous regardons le monde,

Chaque jour, il nous apparaît en ensembles,

Sous ensembles assit à la ronde.

Chacun, dans leurs temples,

Ont leurs propres cantiques,

Leurs propres héros épiques !


Suivant nos expériences,

Nous appuyant sur bien des sciences,

Nous leurs attribuons un coté plaisant

Ou déplaisant.

Nous croyons, ainsi, maîtriser,

L’information, le savoir,

Sans penser qu’il est orienté,

Sans y déceler le moindre déboire !


Plus tard, quand l’age nous laisse,

Le temps de la réflexion, non pas de la faiblesse,

Certains chemins nous mènent,

Soit au constat, soit à la découverte.


Ce constat triste et blême,

De ressentir nos vies comme une perte,

Au travers de toutes ces fabrications mentales,

Qui, au bout de la vie, nous font si mal,

Nous laissant l’amère certitude d’une réalité trompée.


La découverte, où nos perceptions

Perdent leurs permanences,

Où la vérité, sans illusions,

Termine, enfin son errance,

Et s’enracine en la nature véritable des choses.


A ce point, les souffrances s’affolent,

Flétrissent et disparaissent.

Nous ouvrant, sans psaume, sans parabole,

Les yeux, sans nulle détresse.

Nous composons, alors, sans peur,

L’authentique bonheur !


Vincent