Je m’en voyages…


Le ciel disparaît,

Inventant une autre couleur.

Au delà, de ben des peurs,

Les yeux, doucement, fermés…


Je m’en voyages,

Au dessus des nuages,

Je m’en voyages,

Sans équipages.


En compagnon, le silence,

Offre la patience,

D’un esprit apaisé,

Où le souffle lent, discret,

Se joue du temps,

Des rimes, des mots blessants.


Je m’en voyages,

En surprise d’une page,

Je m’en voyages,

L’âme, le cœur en bagages.


C’est en chagrins,

Qu’il me faut aller,

Laissant, en festins,

Colères, en ombres dessinées.


Si les questions s’approprient les réponses,

Sans oser le doute, la réflexion,

La vie, comme la ronce,

Douloureux méandres, torturée en affection,

N’aura, en son errance,

Qu’abimes de souffrances.


Je m’en voyages,

Les pensées, un peu plus sages,

Je m’en voyages,

Derrière moi, la cage !


Vincent