Ballade pour ma belle


Aux delà des flots, ma belle,
Qui peut entendre,
Ces larmes de malheur
Et ce cœur se fendre ?
A l’horizon perdu,
D’un navire qui n’est plus.
Il n’y a plus de capitaine,
Pour combattre tes peines.

Au delà du ciel, ma belle,
Tu parles à une ombre,
Que le soleil fera fondre,
A la nuit rêvée,
Qu’un autre jour,
Qu’un autre amour,
En caresses te fera oublier.

Assise sur le vent, ma belle,
Tes songes courent,
Les mots en bataille.
Ton ventre trésaille,
Mais, au plaisir reste sourd.
Il te faut, encore guerroyer,
Et la tempête affronter.
Chaque jour, son souvenir,
A chaque nuit, son soupir.

Au loin, une ballade irlandaise,
Conte ses plaintes aux vents de la cote.
Aux bords de la falaise,
Tu chantes à la mer, une larme sur chaque note.

N’aie crainte, ma belle
De cette goutte d’eau, sur le sol tombée,
Naîtra un autre été.
Ou la vie, ma rebelle,
T’apportera ses présents,
Et la ballade irlandaise fuira le vent

Vincent