Matin !


Par un petit matin,

Un matin en chagrins,

Où le ciel nuageux,

Peine à ouvrir les yeux.

J’allais, sans retenue,

Sur les pavés d’la rue,

Pianotant de ci, de là,

Une note à chaque pas.

C’est une chanson,

Sans prétentions,

Juste un p’tit air,

Bien éphémère,

Comme un coup vent

Qui passe un temps,

En les boulevards,

Croisant les couches tard !!!

Avant que les gens

N’envahissent les rues,

En bruit déferlent,

En une vague perdue,

Avant que ne filent,

Les odeurs de fournil,

Aux confins des étoiles,

Chassées par le gasoil,

Avant que les persiennes

Ne grincent à l’ancienne,

Comme baillant,

Au jour levant,

Avant tout cela,

Je respire le silence,

Je croise un chat,

Le regard en transparence.

Je marche sans courir,

La plume, prête à écrire,

Au cas où,

Un mot deviendrait fou !

Fou de liberté,

Cherchant le sept,

De la rue Beauté,

Contant fleurettes,

A un poème,

pour un seul je t’aime » !


Vincent