Rencontre .

Philippe débarque à Tokyo, pour y conclure, à la demande de son père quelques affaires.

Il y découvrira, étrangement, Ayako et n’aura plus d’yeux que pour elle !


Prés de la fontaine, où jaillit l’eau de la terre, sur ces pierres grises, froides et humides, elle était assise, le regard absent. Il y avait, dans ses yeux, cette crainte, vous rendant immobile, transparente, en dehors du temps. L’enveloppe était là, mais l’ esprit fuyait peu à peu.

Habillée d’une robe blanche au décolleté de dentelles fines, elle devait avoir cette élégance naturelle, n’ayant besoin de nul superflus, pour que l’on tourne la tête.

Le clapotis de l’eau se fit sourd, lointain, l’oiseau sur sa branche se tue, le vent devint discret. Les nuages cachèrent le soleil. Tout devint différent effacé, pudique. La nature, changea ses atours, affligée qu’elle était, devant tant de tristesse. Sa peau frissonnait, le temps renonça à l’agréable, comme navré de ce qu’il voyait………………………..


Le teint pale, la main tremblante, accrochée à une étoffe de couleurs vives, son corps était dans l’incapacité d’un geste, d’un pas, d’une larme. Rien ne semblait être plus important, que ce morceau de tissu. Ces doigts crispés sur ce carré de textile déchiré, étaient rougis par une force douloureuse l’empêchant qu’il ne lui échappe. Il y avait là, un contraste saisissant entre cet état d’abattement et la violence de cette main fermée. Je ne savais que faire, que dire ! Cette image figée, prés de moi, il me fallait la ramener avant qu’elle ne sombre………………


Mais, qui suis je pour cela ? Dois-je partager cette souffrance pour mieux la comprendre, mieux la défier ? Dois-je entrer, dans une vie qui ne m’appartient pas, dans cette vie qui s’évapore ?

Ai-je le temps de cette réflexion, ai je le temps de l’acte juste ? Tant de questions et devant moi, une souffrance réelle !…………………

Ayako, c’est comme cela que je vous vis la première fois.

Ces questions, je vous les ai posées, et j’en suis fort heureux. J’ai pris le temps d’entrer dans vos rêves, vos inquiétudes et d’y faire, avec vous, réponses simples et tendres…………….


Philippe De Frémontpré

( Au delà de l’innocence )