La profonde conscience de l’essentielle bonté humaine a de quoi insuffler courage et espoir !

Sa sainteté le Dalai-Lama



En consciente imprudence



Chaque jour, nous laisse les traces de souffrances ordinaires.
Bien souvent, nous prenons acte et « changeons d’air ! »
Dans ces attitudes anesthésiées, en surdosage de désolation,
Nous négligeons l’amour et la compassion.
L’indifférence s’installe comme un « suave qui peut ! »
Comme la seule règle d’un étrange jeu.

Chaque jour, nous laisse les traces d’autres réalités,
Plus sereines, plus humbles, en tant d’instants médités.
Nos regards aveuglés font l’apprentissage de soi,
Non pas, en une estime égocentrique de bon aloi,
Mais, en une vraie maitrise bienveillante,
En une appartenance à l’humanité réjouissante.

De quoi avons-nous peur, évitant la bonté ?
Ne laissons pas engendrer une violence infondée.
Le temps est venu, de comprendre sans distorsion,
D’apprendre une raisonnable compassion.
Ainsi, bien des périls seront éradiqués,
Et d’autres chemins tracés !

De quoi avons-nous peur, en évitant le bien ?
Cédons nous aux illusions pour les plaisirs d’un petit rien ?
Il est tant de questions, de réponses en évidence,
Comme oser le bon en toute imprudence !
Il fait si bon aux bords de vos sourires,
Reste le courage, l’espoir à conquérir !

Philippe De Frémontpré
( Au delà de l’innocence)