Paysage de Chine Photo de V.B

Paysage de Chine
Photo de V.B

Un pesant désarroi.

Il était , un dimanche de promenades,
Sous un soleil de limonades,
Tout souriant, j’allais à travers bois,
Sans autre dessein que la joie,
Prenant une allée aux allures sauvages,
J’y entrai comme le premier mot sur une page !

Face à l’inconnu, l’appétit s’aiguise,
J’attendais, fébrile, l’initiale surprise,
Mes yeux , en fins gourmets,
De couleurs en rondeurs, festoyaient,
Mon nez, en pleine beuverie,
Louait le ciel de ce petit paradis !

J’avançais d’un pas lent,
Osant, quelque peu, de retenir le temps.
Un vieux chêne, recouvert de lierre,
Me parla,d’un jour avant hier,
De ce visiteur au regard mouillé,
A l’esprit éteint et embrouillé.

Il errait, portant un pesant désarroi,
Si accablant qu’il marchait de guingois !
Est ce si lourd,
Que vos pas soient si courts ?
Sachez le , c’est une aubaine,
Une consciente détresse n’est jamais vaine !

C’est l’énergie du possible,
Qui , souvent, nous paraît invisible,
Nos mains, sont, alors prêtes à bâtir,
Pour un vrai équilibre, un autre devenir,
Chaque chose, chaque être devient meilleur,
Et là s’en va l’indifférence et la peur

Philippe De Frémontpré
( Au delà de l’innocence)