url

 

Ma chère sœur,

Ces griffonnages vous trouveront ils en bonne santé ? C’est mon souhait ! Il me serait insupportable qu’il en fut autrement . Frémontpré doit être au terme du printemps, l’été s’annonce t il ensoleillé et plein de promesses ?

Pour ma part, je vais bien. Le temps est à la pluie depuis quelques jours, m’interdisant ces longues promenades que j’apprécie tant ! Rien ne se perd, vous le savez, j’ai pu, ainsi approfondir quelques enseignements, et il me faut vous relater celui-ci.

Un matin, alors que j’entrai en méditation, je fut agacé, par les roucoulades d’un couple de tourterelles. Mon Maître m’observant, me tendit une feuille de papier, en demandant de traduire par un poème le contraire de mon énervement .

 

 

Patience , clarté de l’esprit ,

Ciel sans nuages,

Courage de l’humble !

Oser s’approprier la paix,

En un juste équilibre,

De la pensée, des mots, des actes.

 

Une définition, non, un remède !

Face à l’irrationnel, au malaise,

Elle est la solution !

Notre colère se dilue,

Notre respiration s’apaise,

La haine s’évapore………… !

 

 

Il nous plaît de croire que celui, tenant le bâton et nous frappant, est le seul responsable de nos souffrances !

N’est ce pas l’émotion entraînant le geste, l’ignorance dessinant la peur et le bâton lui-même qu’il faudrait blâmer ? Bien sur me direz vous, il faut la main tenant le bâton , mais la réflexion nous emmènent sur d’autres pistes !

La patience n’est pas un temps où l’on attend une réponse, voir la question elle-même !

Ce sont juste ces minutes précieuses où l’on chercher, recherche, confronte, étudie, ce qui est et ce qui n’est pas , avec cette obsession de la vérité des mots et des actes et non une interprétations guidée par une émotion quelconque, trop souvent éphémère !

 

 

Voilà, Ma chère sœur, je vous laisse à votre réflexion et attend avec impatience de vos nouvelles.

Prenez soins de vous !

Je vous embrasse,

Philippe

 

 

En lisant ces quelques mots de son frère Philippe, Marie-Louise songeait à son père. Cet homme bardé de certitudes, avait un tempérament fort, ne supportant pas la contradiction. Sa stature imposante , sa voix rocailleuse ajoutait cette impression de puissance que peu osait défier, sauf elle, peut être, à sa manière !……….

Marie-Louise De Frémontpré

( correspondances )