Bonjour à tous,

Je lisais, récemment Alexandre Jollien, ses propos sur la joie, le bonheur m’ont interpelé. Après réflexion, il y avait de la justesse qui mettait à mal, ce que je croyais d’une clarté infinie.

Vous me direz, qu’est ce qui peut brouiller, ainsi,  l’esprit ?

Il aborde en quelques lignes modestes, la joie et le bonheur ! Deux notions qu’il avait classées tout d’abord en démonstration exubérante, euphorique pour l’une, en  quête discrète et intime pour l’autre ! J’avais le même ressenti. Mais plus je suivais ses mots, plus tout cela se modifier, par une observation, une réflexion juste.

La simplicité, l’humilité de la joie en permanence est une force fantastique. Pourtant, le joyeux est souvent taxé de simplet de fatiguant…il n’en est rien sachez-le ! Elle a cette authenticité de l’accessible, de l’effet immédiat. Cela demande peu d’efforts, juste une volonté.

Je me suis tourné, alors vers cette phrase que j’écris, que je dis souvent : «  Que le bonheur vous guide ! » et voilà soudain qu’elle m’apparait presque inabordable. Nous guide-t-il parce que nous ne savons pas où aller ou parce ce que, à l’entendre  «  le bonheur, il sait, mais pas nous », comme le fait remarquer Alexandre Jollien : «  ce soyez heureux à tout prix !, laisse pas mal de gens sur le bas-côté ! »

Permettez-moi cette conclusion qui n’est, absolument, pas fermée !

Beaucoup accumulent, en leur quête du bonheur, nombre d’expériences ayant des résultats plus ou moins probants. Beaucoup empruntent des chemins qui osent des certitudes pour un peu plus de liberté, liberté qui se dissout au contact de l’autre, au contact de notre vraie nature. Il y a dans la joie de l’instant, le présent qui s’anime. C’est le bonjour au voisin, les mots partagés, le sourire donné, un regard rieur, humain, toute cette bienveillance au quotidien que je dirai festive ! Il est ce témoin, ce témoin du possible, ce témoin transmis pour qu’il grandisse plus haut, plus fort. C’est enfin, en quelque sorte une barrière à la souffrance qui l’empêche d’avancer et de nous engloutir !

L’humain a cette faculté extraordinaire, incompréhensible de se faire du mal en voulant se faire du bien ! Le bonheur ce n’est pas ce chemin ! Le bonheur c’est au quotidien, la joie en est le principal acteur ! Cette joie humble, pure, donnée et reçue, sans apriori, sans culte de quoi que soit !

Elle est ce point d’équilibre, ou notre paix, notre bien-être se lit dans le sourire de l’autre, et plus cela est réciproque plus nous sommes tout simplement humain !

Certes la, les souffrances ne disparaissent pas ! Mais, de par mon expérience et aussi la vôtre (réfléchissez un peu) la joie participe à ce remède que chacune, chacun souhaite pour l’autre, pour lui-même !

La joie n’a pas de Dieu, pas de  dogme. Elle est apolitique, tout simplement, sincèrement,humaine. Elle est cette part d’essentiel qui guérit l’homme de sa bêtise ! Le bonheur, quant à lui, est un ensemble d’actes permettant à l’Humanité d’être meilleure !