Il est en la pratique, un exercice simple, humble ,

Garder le noble silence !

Un instant particulier où l’on observe les sons. Ces sons en notre esprit, en notre corps, en notre cœur ! Il n’est nul question de fuite ou de repli, mais un retour en soi pour mieux appréhender son environnement , pour mieux apprendre l’autre et se désapprendre soi !

Le battement d’un cœur, signe de vie. Le souffle d’une inspiration généreuse, d’une expiration apaisante.Le chant d’un bol tibétain dessinant l’infini ! Il y a en nos silences une paix autre, une paix humble, attentive où le présent anoblie en sagesse !

Une souffrance peut se soulager en la colère, en un cri, mais cela n’apporte qu’une goutte d’eau s’évaporant au soleil, rien de plus rien de moins ! En le noble silence, on observe, on apprend, on comprend. D’abord à ne pas être cette souffrance, mais plus encore à l’accepter et y trouver remède !

Comme le vent disperse nos prières à la surface de la terre, il nous suffit , parfois, d’une pause pour en saisir le sens, pour que dans un noble silence nous découvrions notre vraie nature !

L’équilibre n’est pas, seulement, cet effort nous permettant de rester debout ! Il est cette attention, cette vigilance à oser une pensée juste, un acte juste, malgré tout !

Chuut ! Écoute ! écoute , cette seconde dessiner l’espoir!non pas comme un horizon inatteignable, mais comme cette soif d’etre meilleur à chaque pas !

Pour F.