Un peu de ma vie

« Chaque jour, je laisse derrière moi, un peu de ma vie « 
Alexandre Jollien

De prime abord, cette citation, en sa finalité,est terrible ! Pourtant, à mon sens, elle me semble pleine de réflexion et d’espoirs.

Sur ce que «  je laisse », ne devons nous pas, nous interroger sur la valeur de ces traces abandonnées ou confiées ? Il y a une globalité dans ce «  legs », comme dit le poète : Ma jeunesse s’enfuit, me laissant en tête à tète avec demain » A chaque pas posé, la foulée est un peu plus difficile. Nous avons, à un moment ou un autre, ce sentiment de trahison. Trahison d’un corps qui nous échappe, trahison de la considération que l’on attend, trahison de toutes ces graines plantées qui ne donnent pas de fruits. Au fil du temps , nous attendons beaucoup des autres et de nous quand n’est il ? Quand L’esprit, consent-il librement à donner, lâcher ou laisser sans y prendre garde ? Quelle est la consistance, les mérites de tout cela ?

Notre quotidien est fait de blessures, de souffrances, de rires et joies. De cet ensemble, quelques parcelles s’échappent et tombent sur le chemin. Notre réflexion, à ce sujet, est notre espérance, si elle n’est pas , nous serions inutiles ! Il n’est pas tant de laisser derrière soi un peu de sa vie chose qui apparaît comme inévitable, mais d’avoir cette humble et juste sagesse de laisser le meilleur, le bienveillant,l’accueillant.

L’abandon de soi, est cette compassion pure ( idiote, naive certains diront) à garder en soi le nocif, le méchant , le mal veillant non pas pour se flageller à tout va pour l’éternité… Non ! Mais pour qu’il ne tombe pas sur le sentier, pour le contraindre, quoiqu’il en coûte, a ne plus être malfaisant ! Accepter notre souffrance au plus profond du profond de soi, c’est l’affronter pour qu’elle ne se propage pas, qu’elle n’engloutisse pas le bonheur des êtres.

Un peu de sa vie , ce n’est pas aller vers la vieillesse, mais oser la vie pour l’autre et à cause de l’autre !

Philippe De Frémontpré
(Au delà de l’innocence)
lesyeuxclos.fr