De derrière ta fenêtre.

C’est au coin de ta rue, que chaque soir je me pose.

A regarder ton ombre de derrière ta fenêtre.

Je devine tes pas, je devine tes gestes,

A me frôler le cœur, à frissonner mon corps !

Pourquoi suis-je si loin et pourtant si prés ?

A sentir ton parfum de derrière ta fenêtre.

Je devine tes mots, je devine tes rires,

A éclater mon cœur,à envoûter mon corps !

Mon audace a si froid planté sur le trottoir,

A dessiner tes yeux de derrière ta fenêtre.

Je devine leurs éclats, je devine leurs larmes,

A noyer mon amour pour qu’elles s’évaporent !

Je reviendrais demain pour reprendre mon poste

A te dévoiler de derrière ta fenêtre.

Je devine l’image, je devine le souvenir,

A panser mes regrets, à construire mes remords !

Philippe De Frémontpré

( Pages blanches )