Notre vision du monde.
 
 
 
Notre vision du monde est, souvent, la source de bon nombre de nos souffrances . Nos émotions naissent du regard impulsif, agité posé sur le monde, sans ce temps de l’instant réfléchi du juste équilibre . Cette représentation faussée altère notre bien être et notre rapport à l’autre ! Nos pensées,nos actes sont en dépendance de notre égo et les esclaves de ses distorsions !
La vraie liberté n’est elle pas de se débarrasser de cette vision pour aborder sereinement la réalité ?
 
Il nous faut accepter, désormais,de mettre un pas devant l’autre différemment pour observer, réfléchir, apprendre et comprendre. C’est un chemin qui nous oblige, un chemin difficile et sinueux. La pertinence de l’effort, la persistance du doute, l’humilité de notre volonté participent à l’aisance de notre cheminement, mais croire que cela suffit, serait une erreur. Parce qu’elle existe, parce qu’elle ,simplement là, faire une place à la souffrance,est en soi la seule manière d’affaiblir son impact, de diminuer ses nuisances et nous facilite l’accueil de ce qui est, seulement , de ce qui est, rien de plus, rien de moins ! Se laisser être , être vivant se respire à chaque seconde en la compassion, en la bienveillance qui , par nos actes , envahit l’instant présent !
 
Il nous appartient de réprimer nos bavardages intérieurs pour oser l’évidence, l’essentiel.
 
Philippe De Frémontpré
( A respirer la Vie)