Penser et pensées !

Quelles sont nos relations avec nos pensées ? Une question qu’Elias m’a soumis, récemment ! Nous avons toutes et tous un flot continu de pensées, comme une source qui ne tarie jamais. Comment abordons nous ce flux et chaque pensée ? Ne Faudrait il pas pour répondre à ces questions s’observer penser , prendre cet instant d’être à l’extérieur de cette abondance et se regarder ?

La pratique nous invite à la vigilance, à cette impartialité humble que mérite le juste et sage équilibre.Il y a en cela, notre regard, non pas uniquement sur notre environnement, mais sur le profond du profond de nous meme : nos pensées !

Nous leurs prêtons, presque mécaniquement, une légitimité de vérité infinie , à laquelle nous ne dérogeons pas ! N’est pas là, une soumission à cette pensée qui nous dicte « n’oublie pas de faire ceci et après cela ou ne dis pas cà, emploie ce mot … … » Cette allégeance muette influe, naturellement, sur nos comportements, nos actes et en évidence sur les conséquences de tout cela ! Notre attention n’est pas en la source et le parcourt de notre pensée, mais en cette obéissance , parfois démesurée, parce qu’elle est NOTRE pensée !

Vous comme moi, avons vécu cet instant, ou nous arrêtons une pensée aussi futile, qu’inutile, la nourrissons de craintes et d’agitations pour satisfaire un désir éphémère. La reconnaître, la laisser passer sans la stopper aurait alimenter notre apprentissage et cette pensée se serait évaporer !

La pratique est cette respiration de l’esprit, nous permettant d’oser cette affirmation « je ne suis pas seulement ce que je pense ! » Penser sans observer, sans s’observer c’est entretenir la confusion. Se regarder penser c’est d’abord établir d’autres relations avec soi même et respirer différemment !

Philippe De Frémontpré
( Au delà de l’innocence )