Les mots se firent attendre !

Comme chaque jour, je voulais écrire ce matin. Je m’installe, alimente ma plume en encre et ouvre mon cahier ! Rien ! Les mots semblent s’être absentés. Oh ! Mon esprit fourmille de pensées comme tout un chacun, mais celle que je vais poser là , sur ce papier blanc, où est elle ?

J’additionne les mots, je soustrais les virgules, je multiplie les majuscules et divise le voyelles ! Rien n’y fait ! Tout ce fatras m’apparaît en sa somme, sans intérêt, sans ce goût tendre et apaisant, fort et claironnant, curieux et audacieux d’un voyage à dessiner !

Je fermais les yeux, alors, et me surpris à me regarder ! – «  Redresse toi ! Prend place de la meilleure des façons dans ton fauteuil ! » Je souris , entendant en mon esprit la voix d’Elias où est ce la mienne portant à ma vigilance endormie, les bribes d’une de nos conversations.

– « Comment peux tu accueillir les mots de cette manière ? , » m’avait il lancé !

C’était un soir d’été, un de ces soirs où l’on se sent plein d’énergie. Nous revenions d’une balade où les mots avaient été banni pour une simple contemplation, mêlant respect, curiosité, humilité. Elias avait souhaité que je traduise mes impressions, mes émotions, mes inquiétudes, mes frissons sur le papier. Je me mis à la tache avec cette volonté, non pas d’expliquer pour comprendre, d’exprimer pour peindre mais juste pour l’impressionner.

Les mots se firent attendre !

Elias s’en aperçu, il eut,alors cette phrase : «  Si tu souhaites réussir cet essai, il ne faut pas vouloir ! Oui, ne pas vouloir ! , il te faut accueillir les mots avec simplicité, les laisser oser l’arabesque d’une syllabe et ainsi déposer la juste quantité d’encre qui dessinera avec précision l’émotion, la pensée, la compréhension. »

En effet, nul besoin de cette volonté farouche qui bien souvent nous détourne de la réflexion première. Laisser être, dans le respect d’un accueil bienveillant de ce qui est ressenti, de ce qui est appréhendé, de ce qui est appris !

Philippe De Frémontpré

( Au delà de l’innocence)