Quand le jour parait au coin de ma fenêtre, un rayon de lumiére s’invite en ma chambre. Il chasse peu à peu, l’obscurité de la nuit, sans bruit, sans fausse note. Le temps d’une respiration , je me plais à l’observer. Il est, comme un trait de sagesse, humble et généreux. Il a cette discrétion en éclairant le présent, de dessiner l’instant sans oser le bousculer.Accompagnant la fin de nos rêves, nos premières pensées au sortir de la nuit, il paresse , parfois, pour mieux nous saluer.

Il y a milles et milles moments aussi simples que celui-là. J’ai, cette sensation, que nous les fuyons comme on fuit le bonheur.

Oh ! Nous avons tant à faire, me direz vous ! Un café, une tartine… le temps nous est précieux…….au point de ne plus l’accueillir !

Philippe De Frémontpré