La banalité du bien .

J’ai assisté, hier, à une scène, qui a remplit mon cœur de joie. Une Dame d’un age certain, tirait son petit chariot rempli de victuailles et autres courses. Elle marchait, sans se presser, en regardant alentours ,les visages de celles et ceux qu’elle croisait. C’est cela qui attira mon attention.Malgré son age , trahi par un dos vouté et l’effort qui lui fallait fournir, elle prenait le temps de regarder, d’observer et de sourire., oui ! De sourire ! Il n’y avait ,dans ce geste , nulle demande, ni appel, ni supplique, mais une joie pure réelle qu’elle semait avec persévérance.

Pourtant, ils étaient peu à répondre à ce sourire .Certains, en petits groupes ironisaient, d’autres absorbés par leurs portables, manquaient de la bousculer.Ce fut, pour moi, un étonnement et j’avoue un court instant un véritable agacement. Je me suis souvenu, alors, des mots de Matthieu : «  sur la notion de banalité du bien ! » ,de tous ces actes, ces émotions, ces engagements de joie , de bienveillance qui égrainent nos quotidiens, dont nous sommes tous capables et que pourtant, nous ne voyons pas, nous ne faisons pas ! Oh ! Il y a bien des causes à tout cela, la paresse, le paraitre, ce sentiment du ridicule et de l’inutilité , nombre de pensées servant à nous justifier !

Mais, comme elle m’importait cette Dame, comme son sourire m’apparaissait essentiel et beau.Ce n’était rien d’autre qu’un sourire, il disait tant de choses. Je pressais le pas pour la rejoindre, j’engageais la conversation et nous fîmes un bout de chemin ensemble merveilleux, attendrissant, un vrai bonheur !

J’aimerai tant que dans l’intimité de nos consciences, nous ayons cette formidable volonté, en notre nature humaine commune, de ne pas ignorer, de ne pas craindre, de ne pas rejeter un humble sourire , mais de l’accueillir avec gratitude !

Philippe De Frémontpré

(Méditations)