Sans-pourquoi.

« Bienheureux celui qui ose le pas et adhère sans conditions à la bande des  » sans-pourquoi » là  où on ne regarde plus le nombril ,là  où on calcule plus ,là où on se donne tout entier et où  l’on aime sans mesure . » Alexandre JOLLIEN


Il n’y a pas ,dans ces mots, de non-action, de non- réflexions où d’absence de doute, c’est tout le contraire .Elle résume  à elle seule, l’essentiel de cet apprentissage qui nous paraît difficile, inquiétant, inaccessible. Nos préoccupations sont , tellement , autres !

Oh , malheureusement, là soif de plaire,  d’amasser ce qui nous est confortable  spirituellement,matériellement, nous emprisonne  dans des raisonnements, des actes n’étant pas  autre chose qu’une forme d’aliénation aveugle à notre sacro-saint ego. Il y a, même, dans nos révoltes, aussi légitimes soient elles, ce grain de haine qui calcule, prend avec cet amour sélectif qui se justifie plus qu’il ne résout. Se libérer, c’est aller au delà de cela !

Les premiers mots d’Alexandre «  ose et sans conditions » sont d’un courage, d’une volonté admirable ! Oser : quoique de plus courageux que de prendre un chemin inconnu mais que l’on sait juste . Sans conditions : Quoi de plus volontaire, en terme de sagesse impartiale, que d’avancer sans conditions , d’Être ni plus, ni moins !! Pour le reste ….là où…la justesse des mots est le plus fort, le plus beau des enseignements.

Mais soyez assurés que ces «  sans-pourquoi » ne sont pas sans questionnements, sans doutes , sans observations,sans réflexions , sans actes oh non ! Ils ne sont pas , des adorateurs du nombril, des pros en math ou des Don Juan de série B, mais des femmes , des hommes qui osent, humblement , leurs vraies natures, ni plus , ni moins !

Comme le dit, mieux que moi Alexandre, « nous avons là ,l’occasion de se déprendre de tout et d’oser voir ce qui se passe » qu’il me permette d’ajouter : pour aller en l’acte juste vers l’autre et pour l’autre !