Il était une fois …..oh, il y a bien longtemps, peu importe le lieu, peu importe les auteurs…. il était une fois… les mots !

Ils s’inventèrent, exprimant l’émotion, le besoin, la faim, la soif, l’esquisse d’une pensée, la tendresse, l’amour, en de forts beaux chapitres des possibles.

Certains s’attachèrent à en faire un lien, un fil invisible qui lie l’humain à l’autre , l’humain à la nature et au monde. Ils additionnèrent les mots pour ne plus crier.Entre plein et délié, ils offrent en richesse cette plume tendue pour apprendre et être utile, être soi en quelque sorte aux travers de l’autre au travers des mots ! c’est peut être , ainsi qu’ils embellirent l’ace juste ? !

C’est en oubliant l’autre que d’autres en firent de bien drôle de choses qui manipulent, exigent , vocifèrent et hurlent. En paragraphes alignés, tels des régiments, ils dessinent leurs certitudes, emprisonnant en leurs «  vérités », la liberté de l ‘esprit, le doute , le partage, la bienveillance, l’humilité. Quand les mots ne se dessinent plus avec l’audace de celui qui observe et apprend, quand les mots n’osent plus se proposer à la réflexion, à la compréhension, ils deviennent inaudibles comme le fracas d’une terre qui se déchire, ils deviennent illisibles comme un ciel sans étoiles !

Alors….. reste la haine et un peu de poussière !

Philippe De Frémontpré

( Méditations)