«  Bien faire et se tenir en joie ! »

Spinoza

C’est au cœur à cœur que nous devons aspirer ! Pourquoi se priver de la joie immense de cheminer, ensemble , pour façonner un remède à la souffrance ! Que l’on m’explique !

Nos différences physiques, intellectuelles, spirituelles sont cet assemblage unique où l’humanisme, dans ce qu’il a de plus noble, de plus audacieux, de plus partagé en son authenticité, est le ciment . Nous avons, toutes et tous, cette ambition, au profond du profond de nous même, de regarder le monde avec émerveillement, mais surtout d’y faire entrer ces bouffées de joies pour l’autre et à cause de l’autre. Comment ne pas avoir cette conviction ?

Aurions-nous peur , de nous même où de cette sainte image que nous construisons, non pas pour être l’Autre humblement, mais comme les autres, bref faire taire notre différence ? Observons-la cette image ! Préjugés, comparaison, emprisonnement dans le regard d’autrui,violences, déséquilibre permanent, pessimisme, jalousie ….. en un mots : souffrances !

C’est alors, qu’au lieu de nous atteler à cette merveilleuse tache d’Être tout simplement pour l’autre et à cause de l’autre, nous entrons, bien souvent, en conscience dans le jugement, la condamnation, la haine ! Un chemin que je définirai comme ceci ( merci à Kafka auquel j’emprunte et modifie ses mots) :

«  La haine est un prodigieux manque d’imagination ! »

Philippe De Frémontpré