Le souhait que tous les êtres soient délivrés de la souffrance et de ses causes doit en effet être universel, il ne doit pas dépendre de nos préférences ou de la façon dont les autres nous traitent.

Matthieu Ricard.

Ainsi, Matthieu Ricard définie l’impartialité. N’est ce pas là, ce que nous pourrions appeler une évidence ? Mais de cette évidence, qu’en faisons nous ? J’avoue, en cette période agitée, être un peu perdu . Cela a le mérite d’une interrogation plus profonde et je l’espère plus impartial !

Vous comme moi, il nous arrive de ne pas entendre le discours que nous choisissons d’écouter, de ne pas porter l’attention utile aux mots en leurs sens, en leurs équilibres.Pourtant, « avant de commencer , toute chose observe cette impartialité qu’il te faut emmener avec toi.En ce mot , il y a justice, droiture, objectivité, ce qui en un juste équilibre veut dire : humanité » Ces mots d’Elias sont , à mon sens, une évidence et cela pour deux raisons. La première, cela nous met en joie, nos réflexions, nos actes en sont plus sereins, plus authentiques, dénués de haine, de violences. La deuxième, ils sont un chemin, plus apaisé où les pierres sont retirées pour nous éviter de trébucher. L’impartialité comme outil, pour être meilleur chaque jour, n’est pas une naïveté béate ou un pardon universel, mais juste une réflexion, une compréhension inconditionnelle nous permettant un regard des choses et des êtres, des causes et des conséquences tel que cela est , nos avis n’en seront que plus vrais, plus justes, plus humains : !

Il n’y a pas de sagesse sans humanité, ni d’humanité sans impartialité ! Le monde meilleur, auquel nous aspirons toutes et tous,ne peut se concevoir sans l’équilibre juste de ce qui est !

Philippe De Frémontpré