Le Rond point .

Il me vient à penser, bien sûr ,cela peut-être débattu, que l’être humain, en dépit des enseignements de nobles Maîtres et érudits, renouvelle à l’infini ,  ses propres cheminements, ses propres réussites, ses propres erreurs,rarement pour le meilleur et trop souvent pour le pire.. 

La peur, la colère, ont fait, bien des fois, prendre des «  raccourcis » qui n’ont jamais laisser à l’esprit le temps de l’observation juste, de la réflexion juste, de l’apprentissage juste, de la compréhension juste, de l’acte juste .


Il est arrivé, en une époque proche et à la fois horrible, que de nombreux théoriciens plus ou moins habiles, plus ou moins éclairés, utilisent le verbe et les peurs du moment en une association idéologique , partielle et partiale ou l’autre par sa différence, par sa réussite voir même par ses échecs  soit coupable de tous les maux qui par le biais des êtres humains  eux-mêmes, amène la souffrance, la haine comme résultante fondée à toutes violences commises à ce titre.

Force est de constater que des situations, des circonstances bien différentes ont pour certains , les mêmes invraisemblables causes et les mêmes monstrueuses solutions.


Tel des enfants,quel que soit le lieu  où le temps nous aurons toujours peur de ce vieux monsieur un peu voûté habitant seul , la maison du coin de la rue et qui nous sourit étrangement à chaque fois que nous le croisons. Il suffira alors, d’un événement particulier, venant perturber la quiétude de la rue ou effrayer nos réalités , pour que des regards soupçonneux voir accusateurs se tournent vers le vieil homme. Il est seul , riche, n’a pas de famille, ne reçoit personne ,cela en fait un coupable idéal puisqu’il est un être humain anonyme, inconnu. Il est vieux ,sale, il boit plus que de raison cela en fait un exclu plus anonyme encore ! Nous ne manquons pas d’exemples ou leurs différences, nos différences en feront des coupables désignés.


Anonyme , ils n’ont pas de nom, bien sûr personne n’a pensé à leurs demander. Anonyme, il n’ont pas encore de nom, coupable va leur aller comme un gant. 

Inconnu, combien en tireront une pale gloire de les voir tomber, sans avoir une minute, ni une seconde pour s’interroger , juste s’interroger avec compassion.

Au delà des événements et de leurs conséquences reste la noble humanité. Cette humanité, qui dépasse les incompréhensions et les doutes, cette humanité qui dénonce le mépris par l’audace de l’impartialité, cette humanité qui se relève à chaque fois qu’elle trébuche, cette humanité qui apprend et ne haie pas ! Il n’y a pas de Paix sans humanité en la pensée, en l’acte !

Philippe De Frémontpré