« La force d’une conviction et sans rapport avec sa véracité. »
Baruch Spinoza

Voilà pourquoi ,l’essentiel reste en l’observation la réflexion,  » sans rallier,sans déplorer,sans maudire » ,toujours en l’indispensable quête de la compréhension, en un apprentissage généreux et utile comme peut l’être l’établissement des fondations d’une maison.

Toute conviction doit , à  mon sens,s’appuyer d’abord sur cela et non sur la simple force d’une émotion qui ,bien  souvent ,s’empare de nous au détriment du juste équilibre de la raison. En effet, comment, apprécier leurs légitimités, leurs nocivités sans avoir l’audace de la réflexion juste ?

Tant que nous serons ignorant , nous aurons cette sensation naïve et brève d’être ,en « la vérité  en nos vérités », acteur de nos choix , mais aussi en conscience,   complice de notre incapacité à être en la connaissance meilleur chaque jour.

Les émotions nous guide et se moquent de nous. 

Philippe De Frémontpré