Papillon.


Un papillon sur mon épaule , un jour s’est posé
Ma joue de son aile a frôlé
Un rêve, soudain, m’ouvre sa réalité
Tombe le masque du quotidien
D’un avenir n’étant plus le mien
Tes yeux éclairent une route
Je l’emprunte , quoiqu’il m’en coute !
Le temps s’arrête , devient éternité

Un baiser maladroit trop vite donné
Mots oubliés jaillissant en vérité
Désirs enfouis enfin retrouvés
Magie d’un sourire au gout de tendresse
Ivre de vie, je ne peux être qu’amant
Amant d’une seconde , d’un instant
D’un regard , d’une caresse
Partager à déraison
Affamé d’amour au delà des saisons

Je guette douloureux tes absences
Que j’orchestre en de douces pensées
Compagnes discrètes et éphémères
D’une solitude amère
Je veux te vivre sans égards pour la nuit
Je veux t’apprendre en soleil ou en pluie
T’ouvrir mon cœur jusqu’à la douleur
Mais dans tes bras , enfin ! avoir moins peur !

Construire un infini
Fait de ton visage qui me sourit
De mes mains cherchant l’abime de tes yeux
Immense château ou simple hutte
L’important n’est il pas d’y être à deux ?
T’inventer une couleur sans nulle autre pareille
Peindre l’avenir à en perdre le sommeil
Lire aux bords de l’amour tes souhaits tes désirs
Entrer en esclavage pour le meilleure et pour le pire
Enflammer le soleil
Trouver un nouveau ciel
Parcourir d’autres contrées
continents inexplorés
Vivre pour toi
A cause de toi !

Mes doigts s’engourdissent à force de chercher
Le mot le ver à toi seul rêver
Mais mon cœur à défaut d’être original
N’a qu’un  » je t’aime » quelque peu banal
A t’offrir en bagages
Viens ! viens ! je t’emmène pour le plus beau des voyages

Vincent